Contrairement aux diamants, il n’existe pas de cours mondial et de classification unique des perles de culture et des perles en général. C’est pourquoi différents laboratoires gemmologiques pourront vous remettre des certificats comportant des appellations différentes.

En juin 1998, l’assemblée territoriale de Polynésie énonça un premier délibéré (n° 98-62 APF) définissant les produits tirés de la perliculture et fixant les règles relatives à la classification de la Perle de culture de Tahiti. La délibération actuellement en vigueur en Polynésie Française est la délibération n° 2005-42 APF du 4 février 2005.
La direction des Ressources Marines et Minières est garante de la qualité des perles à l’export. Ainsi un contrôle est obligatoire.

Les perles interdites à l’export sont les perles dites
« non commercialisables » :
– les perles de calcite / – les perles organiques / -les perles présentant des taches laiteuses de dépigmentation sur plus de 20 % de leur surface :

Photo perle non commercialisable

– les perles présentant une épaisseur nacrière insuffisante (inférieur à 0,8mm).

2011-005

photo couche de nacre

Les critères de classification sont les suivants :

1. La Forme :

Forme Variation diamètre Axe de symétrie Commentaire
Rondes < ou = à 2% Oui Sphère parfaite
Semi-rondes > 2% et 5 %< Oui Sphère semi-parfaite
Ovales/Boutons [2% ; 5%] Oui Sphère légèrement déformée
Semi-baroques > 5% Oui Cerclées sur – 1/3 de la surface et présentant un axe de révolution.
Cerclées Multiples Oui Présente des cercles sur + 1/3 de sa surface
Baroques Multiples Non Pas d’axe de symétrie et irrégulière

2. La Taille :

Selon la délibération officielle, la taille de la perle de culture de Tahiti est déterminée par le passage de celle-ci dans une série de tamis à mailles circulaires. Le diamètre de la maille de chacun de ces tamis varie de 0,5 mm en 0,5 mm. A l’issue de cette opération de tri, la taille de la perle de culture de Tahiti est celle de la maille du premier tamis ayant refusé son passage.

Photo taille ou couleur

3. La Qualité :

Le critère de qualité s’évalue selon la combinaison de deux caractères physiques :

a) La netteté de surface caractérisée par diverses imperfections, telles que :
– des piqûres ; – des rayures ; – des stries ; – des frisures; – des sillons ; – des dépressions ; – des creux ; – des dépôts organiques ; – des bosses ; – des soufflures ; – des excroissances.

photo qualité

b) L’éclat est composé de 2 critères :
Le lustre ou “effet miroir” correspond à la réflexion plus ou moins parfaite de la lumière sur le poli de la surface de la perle. Il dépend de la régularité, de l’épaisseur et de l’agencement des couches perlières.
L’orient : Décomposition de la lumière au travers des cristaux d’aragonite (prisme de Newton).

Photo éclat

4. La Couleur :

La couleur est considérée comme un critère additionnel. La couleur dépend de plusieurs facteurs : la qualité de l’environnement naturel, le choix du greffon, la présence dans l’eau de sels minéraux, la richesse en phytoplancton, du degré de salinité, de la température de l’eau.

La couleur naturelle, si particulière aux perles de culture de Tahiti, provient essentiellement de la variété de l’huître perlière qui lui donne naissance. Celle-ci est composée de pigments organiques, dont la complexation à des protéines, donne des teintes allant du jaune au violet.

Photo 7 couleur